jeudi 25 juillet 2002

Mea culpa

Dans l’édito précédent j’avais insinué que le FC girondins de Bordeaux n'était plus un club de football mais une machine à plus-value dirigée par des businessmen cupides sans aucun scrupule concernant le présent et surtout l'avenir de leur "produit".

Et bien aujourd’hui je fais mon mea culpa. Finalement les instances du football bordelais n’ont pas réalisé les plus-values avouées et attendues sur des joueurs dont la vocation première était telle. Je veux parler bien sur de Pauleta, Ramé, Sommeil et quelques autres. Ces joueurs sont tous restés Marines et blancs cette saison (pour le moment). Quel Pied !

Il faut avouer que cette année nous avons enfin une équipe assez compétitive. Le renfort de Darcheville et le retour de Feindouno ne sont pas pour nous déplaire. Le seul point noir reste l’incertitude d’Alain Roche qui pense arrêter sa carrière en raison d’une blessure persistante à la cheville droite.

Cependant, je pense que Kodjo Afanou arrive enfin à maturité et ce qu’il nous a montré en fin de saison dernière nous laisse supposer que l’avenir de la charnière centrale bordelaise ne sera pas si déficient que l’on veut bien le suggérer. D’ailleurs, un autre jeune joueur à ce poste commence à poindre cet été, je veux parler de Marc Planus qui sera sûrement la révélation girondine de l’année.

Concernant le choix tactique d’Elie Baup, le 3-5-2 ou le 5-3-2 selon les matchs en lieu et place du 4-4-2 traditionnel et efficace, s’il fonctionne, Elie est un génie, s’il échoue, Elie demeurera un génie tout de même.

En conclusion, faites-moi confiance, cette saison, on est Champion.

Salim Rabiaï