vendredi 24 mai 2002

La machine à plus-value

C'est ainsi, comme chaque année, on nous promet une dream team à Bordeaux mais au bout du compte, nous nous retrouvons avec un effectif tout juste bon pour accrocher une place honorable en championnat.

Certes, les girondins ont remporté la Coupe de la Ligue la saison écoulée toutefois est-ce réellement le titre auquel nous rêvions ?... Bof ! C'est mieux que rien...

Sincèrement, je n'ai rien contre Darcheville, bien au contraire je trouve que c'est un excellent buteur, néanmoins lorsque j'entends Nicolas de Tavernost insinuer vouloir lâcher Pauleta afin d'amasser un petit pécule, cela me fait vomir.

Même si les arrivées de Pierre Alain Frau et de Khalilou Fadiga sont très proches, l'équipe ne brillera en aucun cas si les départs de Pauleta, de Dugarry, de Sommeil, de Smertin... sont confirmés.

Dire que tous ces joueurs souhaiterais rester girondins la saison prochaine (excepté peut-être David Sommeil)... Pedro Miguel est prêt à porter une nouvelle fois la tunique Marine et Blanche si, il est vrai, on lui accorde une augmentation de salaire. Et alors ? Il la mérite non ??? Un million de Francs net par mois (150 000 €), pour JLT et Nico, ce n’est pas vraiment la mer à boire.

Pour conclure je dirai qu'enfin ça y est, nous avons tous compris que le FC girondins de Bordeaux n'est plus un club de football mais une machine à plus-value dirigée par des businessmen cupides sans aucun scrupule concernant le présent et surtout l'avenir de leur "produit".

Salim Rabiaï