vendredi 28 décembre 2001

Bonne année tout de même

Encore  une année de gâchée. Malgré tout il me reste un peu de force afin de vous souhaiter une bonne année mes très chers internautes. Néanmoins, sincèrement, qu'adviendra-t-il du club à l'issu de cette saison insipide et fastidieuse ? Encore une quatrième place « gagnée » au profit de la troisième lors de la dernière minute de la dernière journée. C’est pitoyable.

A quoi bon de toute façon puisque nous serons encore une fois éliminé en seizième de final de la coupe de l’UEFA. Heureusement que les girondins ne participe plus à la Ligue des Champions, je n’ai pas envi qu’on se moque de nous.

Et lorsqu’une équipe joue mal, a fortiori, la malchance s’acharne, c’est légitime. Un but non valable encaissé contre Roda écarte les bordelais de la course à l’Europe, un autre contre son camp de Bonnissel face à Lyon nous ôte tout espoir d’être champion, un terrain exigeant gèle la rencontre Bordeaux - Marseille, et tout cela en une semaine de compétition. Quelle galère !

Je pourrais insinuer que les joueurs et l’entraîneur n’ont rien à voir avec cette calamité, cependant il faut avouer que les girondins taquinent très mal le cuir. En regardant les bordelais jouer cette saison, on s’ennuie… Le scénario est écrit à l’avance, s’il y a un bon ballon pour Pauleta, il est quasiment dedans, en revanche, si une bonne occasion se présente à Christian, elle est gâchée.

L’unique satisfaction cette année est attribuée à notre charnière centrale expérimento-juvénile composée de Roche et Sommeil. Et bien entendu au gardien titulaire de l’équipe de France au Mondial 2002 (enfin je l’espère), Ulrich Ramé. Bon point également à Pauleta toujours aussi efficace et au laboureur Smertin qui, malgré son origine glaciale, possède le chaleureux esprit girondin.

Pour conclure, je dirais que cette première moitié de saison est à oublier. Hé Elie ! Qu’est-ce que tu fous bon sang ? On t’a connu plus motivé. Ou alors c’est ton soi-disant départ pour Marseille qui t’obsède ? Si tu continues comme ça tu n’iras nulle part.

Allez les Girondins un petit effort, tout n’est pas perdu…
Bonne année 2002 à tous.

Salim Rabiaï