vendredi 13 juillet 2001

Rêver un impossible rêve

Je rêve qu’un jour l’impossible rêve de devenir mature enfin se réalise. Cent vingt ans d’âge et pourtant ancré dans l’adolescence. Quand les girondins sortiront de leur puérilité patente ?

Je rêve qu’un jour les Girondins de Bordeaux ne se fassent pas encore une fois doubler lors de la dernière journée du championnat de France afin qu’ils puissent participer à la Champion’s League qui leur échappe depuis trop longtemps.

Je rêve qu’un jour l’on puisse espérer atteindre cette fameuse finale de la Champion’s League. Malheureusement même l’espoir s’est évanoui dans le sentiment le plus profond de l’impossible rêve.

Je rêve qu’un jour certaines équipes tels le Bayern, le Real ou la Juve ne se disent pas : « Ah ! on joue les girondins, encore un tour facile. »

Je rêve qu’un jour on ne ricane pas lorsque je soutiens que je suis supporter bordelais et que rien ne me fera changer d’avis.

Je rêve qu’un jour l’on dise à l’antenne de Canal ou d’ailleurs « Bienvenue au stade Chaban-Delmas où 60000 spectateurs applaudissent l’entrée des joueurs.

Je rêve qu’un jour un dénommé Jean-Louis Triaud tienne ne serait-ce que sa pathétique parole ou alors qu’il se taise et nous laisse dans notre impossibilité de rêver. Il nous promet monts et merveilles et qu’avons nous en échange ? Un effectif tout juste bon pour se maintenir dans ce modeste championnat de France qui n’effraie plus personne.

Alors Mr JLT, nous, supporter bordelais du monde entier, rêvons simplement de garder notre dignité.

S’il vous plaît Monsieur Jean-Louis Triaud, laissez-nous rêver.

Salim Rabiai