lundi 3 avril 2000

Ibazar point fr

Ça y est, le marché est ouvert ! C'est parti pour une vente aux enchères d'enfer. Tout le monde est à vendre. Wiltord, Micoud, Ramé... Qu'arrive-t-il au football français ? La France n'est pourtant pas reconnue pour son libéralisme totalitaire ou son capitalisme sauvage. J'ai le sentiment que les décideurs n'ont pas envie de changer la constitution, ces derniers sont, j'espère, conscient que le problème résulte notamment d'une fiscalité désuète qui entre soi-disant dans le cadre d'une stratégie inévitable et bienfaitrice. J'ai une vague impression que l'on se fout un tantinet de notre gueule. Les personnes concernées n'ont pas encore admis que le sport reflète actuellement la puissance d'une nation. Le football reste le sport roi en France et bien que celle-ci soit la quatrième puissance économique mondiale, elle demeure tiers-mondiste concernant le sport. Cela va-t-il durer encore longtemps ? La France gouvernementale n'en a pas ras-le-bol d'être considérée comme le réservoir footballistique des nations qui ont tout compris depuis des lustres tel l'Italie, l'Espagne ou l'Angleterre ? Alors qu'il suffirait d'une réforme fiscale anodine ou presque pour faire partie de l'élite du football européen. Les puissants trouvent certainement un avantage lucratif dans ces humiliations autrement, ils ne pourraient supporter.

Toutefois, la question qui nous embarrasse, nous, supporters bordelais, réside dans le fait que le club n'est plus capable d'acheter un joueur valable et le plus pénible dans cette démarche, provient de l'impossibilité de garder nos bons éléments.

Le marché est donc ouvert et prochainement, nous pourrons retrouver Wiltord et les autres sur Ibazar point fr. La France, quatrième puissance économique mondiale, n'est qu'un réservoir et elle semble se satisfaire de cette situation alors qu'avons-nous à dire, nous, pauvres victimes.

Salim Rabiai